De Mutterholtz à Wasselonne

Toul, le 12 août.

Ultime étape en Alsace. Après avoir pris congés de notre hôte d’exception, Nicolas, pour un bout de route des vins, avec Obernai et Avolsheim, Wasselonne à défaut de Saverne, fut notre point de chute, ce 6 août au soir. Belle étape avec le massif vosgien surveillant, à notre gauche, notre remontée du Bas-Rhin.

Couchés tard, levés tard. Un bon petit-déjeuner avec fruits du jardin et marmelade maison concoctée par le maître de maison. Quand nous avons pris congés de Nicolas, dans un beau ciel bleu, le soleil était déjà bien haut. Midi n’était pas loin. Oubliée la pluie de la veille. La route et les champs étaient ressuyés et la campagne avait recouvré les couleurs qui lui siéent si bien. Encore que la veille, l’après pluie en fin de journée diffusait une luminosité faisant ressortir les verts des vignes et les ocres des champs de paille moissonnés et laissait trainer des nuages sur les hauteurs cachant les crêtes. Les changements météorologiques offrent une variété de tons qui ne peut lasser l’observateur.

En ce vendredi, nous avons quitté Muttersholtz et la région de Sélestat pour Obernai et le tronçon nord de la route des vins d’Alsace, avec Saverne comme point de chute théorique pour notre ultime nuit alsacienne. Notre prologue touchait déjà à sa fin, deux jours pleins avant atteindre la cité des Leuques. La distance à parcourir, était encore assez longue. Nous n’étions pas inquiets pour autant. Même si notre expérience était encore loin d’être énorme, de jour en jour, nous devenons de plus en plus aguerris et acquérons confiance en nos possibilités. En pédalant, la fabuleuse rencontre, que nous venions de faire, fut notre principal sujet de discussion. Nicolas l’aventurier nous a confortés dans notre choix. Nous sommes plus enthousiastes que jamais.

Obernai, entre vin et bière

Étape pourtant incontournable sur la route des Vins, Obernai est aussi connu pour être le pays de la bière. Les brasseries Kronenbourg y sont installées. Mais cette ville ne doit pas son charme à tous ses divins breuvages. D’une part, elle s’épanouit dans un paysage verdoyant proche du promontoire spirituel du Mont Sainte-Odile et l’horizon de la ligne bleue des Vosges et, d’autre part, elle révèle une bien belle richesse de culture et d’histoire.

« Un charme particulier émane de son centre médiéval et Renaissance. Les vieilles maisons aux toits polychromes s’ornent des armoiries des corporations. Les petites rues fleuries mènent à un vieux puits ou aux remparts. Toute l’Alsace semble s’être concentrée ici ! »

Guide Michelin

Par ailleurs, Obernai est dit-on le berceau légendaire de Sainte Odile. C’est à une quinzaine de kilomètre d’Obernai, sur les hauteurs qu’un rocher s’ouvrit miraculeusement devant Odile, fille d’Aldaric, duc d’Alsace, qui trouva refuge, fuyant un mariage qu’elle ne voulait pas. Son père céda et fonda sur la montagne, le couvant de Hohenbourg, dont Odile fut la première abbesse. Ce couvent renferme aujourd’hui le tombeau de la sainte. Le mont Sainte-Odile est hélas connu tristement par le crash d’un Airbus A320 en janvier 1992.

Entre ancienne voie romaine et chemin de Compostelle

Après Obernai, où nous avons déjeuné entre la place de l’hôtel de ville et l’église Saints Pierre et Paul, nous avons repris la route pour Saverne. Nous ne savions alors toujours pas où nous allions dormir exactement. Nous n’avions rien prévu et personne ne nous attendait. Camper notre tente non loin de Saverne était donc l’option retenue. Mais Saverne était encore à 42 kilomètres, la distance d’un marathon, avec un peu de dénivelé et surtout l’après-midi était déjà bien avancé. C’est finalement au camping municipal de Wasselonne où nous nous sommes échoués. Mais auparavant nous avons traversé quelques beaux villages de la route du vin et de l’ancienne voie romaine reliant Molsheim à Saverne. En particulier Avolsheim, au pied des coteaux du vignoble du Finkenberg et sa belle chapelle au style roman.

Camping dans la vallée de la Mossig

A Wasselonne, célèbre pour sa chaux, nous y avons trouvé un camping pour dormir au chaud. La commune possède un camping à la sortie vers Romansviller. Il a fallu se coltiner pour mériter le repos une bonne grimpette qui nous semblait sans fin. Les raidillons deviennent des cols hors catégorie avec la fatigue. Après celui de Fribourg en Allemagne, c’était la deuxième fois que nous dressions notre tente dans un camping. Loin d’être ce que nous recherchons en premier lieu, mais à défaut de logement chez l’habitant ou d’un petit espace en pleine nature, surtout à une heure déjà bien avancée, nous n’allions pas snober ce genre d’aire aménagée et les petits conforts proposés. La douche qui nous a fait un bien fou ne nous a pas pour autant complètement requinqués. En effet, nous nous sommes surpris à piquer du nez dans la salle TV devant « Un train pas comme les autres« . Pour quiconque qui ne le saurait pas, appuyer sur les pédales tire sur la couenne.

Dans ce camping nous avons fait la connaissance d’un père et ses deux jeunes enfants. C’était leur premier jour de vacances en Alsace. Notre tandem avait suscité leur curiosité. Stéphane, le papa, aimerait bien tenter l’expérience d’une grande traversée à vélo avec ses deux jeunes. Le canal du midi par exemple. Les pistes cyclables qui fleurissent un peu partout offrent d’innombrables possibilités de trajets et de circuits et pour tous les goûts, y compris pour les familles avec leurs progénitures. Sympathique rencontre. dont notre tandem fut l’entremetteur. Nous avons désormais une adresse du côté de la Flèche dans la Sarthe, pays de la rillette. Lors de notre traversée est-ouest de la France dans le tronçon Blois-Rennes certainement fin octobre prochain, nous pourrons donc revoir Stéphane.

Un clin d’oeil :

à Nicolas, notre hôte voyageur à vélo, que nous n’oublierons pas dans l’attente de le retrouver quelque part dans le monde et à Stéphane, le sympathique papa, à qui nous rendrons visite dans quelques mois.

Publié par

Hervé Moine

Professeur certifié de philosophie, enseignant au Lycée Polyvalent de Pointe Noire en Guadeloupe, depuis la rentrée 2007. Précédemment au Lycée des îles-sous-le-vent à Raiatea en Polynésie française et dans un certain nombre d'établissements de l'Académie de Nancy-Metz. Actuellement en disponibilité pour effectuer un tour autour du monde en tandem.

Laisser un commentaire