Un tandem fait pour nous

PINO TOUR : Le tandem semi-couché qui nous attend pour faire notre tour du monde. Ou plutôt deux fois ou encore pour aller partout dans le monde !

Le PINO TOUR est le tandem de voyage pour tour-du-mondistes par la marque Hase Bike. Il est fait « pour ceux qui veulent être sûrs d’arriver toujours et partout en même temps. »

Hase Bikes Modellbild
Le Tandem Pino Tour de chez Hase
Tandem Pino
Ce tandem couple deux positions différentes, position classique pour celui qui est aux manettes, et position semi-couchée pour la personne qui se trouve à l’avant. On remarquera qu’il peut être copieusement chargé.
Tandem Pino, la pause
« Quand un Pino stationne sur la place du village, c’est toujours le chien qui s’approche en premier. »
Tandem Pino sur béquille, tient la charge
« Le Pino endure tout ça sans vaciller sur sa béquille double »
Tandem Pino, après le pédalage, le réconfort
Après une bonne étape de pédalage, un petit repas bien mitonné sur l’herbe

Le Pino Tour est à la fois un Tandem semi-couché et un vélo de voyage.

Nous reproduisons dans cet article, celui de Hase publié dans son site web. « Un voyage avec le Pino Tour est certainement une des expériences les plus intenses que deux personnes puissent partager. Son architecture étagée en fait un parfait engin de voyage : les deux partenaires ont la vue dégagée et peuvent philosopher à loisir sans s’égosiller, à moins de divergences inconciliables. Mais là, le Pino n’y peut rien. À propose de philosophie : si le chemin est le but, est-il possible d’arriver en même temps ? »

Stable comme un roc où que ce soit

« Quand un Pino stationne sur la place du village, c’est toujours le chien qui s’approche en premier. Presque aussitôt, on est entouré d’enfants qui pouffent de rire, de vieillards qui hochent la tête, puis le reste manifeste sa curiosité à grand renfort de gestes. »

« Heureusement, le Pino endure tout ça sans vaciller sur sa béquille double. Elle supporte sans sourciller cent kilos. Pas de souci si un bambin prend la pose sur le siège avant le temps d’une photo ! »

Une place pour chaque chose, sauf pour le mal du pays

« Salut, l’âne ! », dit le chien au Pino. Comment aurait-il pu savoir que quelqu’un qui ne mange pas de foin puisse être aussi chargé ?! Histoire qu’il n’y ait pas seulement de la place derrière pour les bagages, le Pino Tour a son low rider. En voilà un qui n’a pas seulement un nom sympa : il remplit une fonction importante : Sur l’arceau cintré sous le siège couché, chaque côté peut accueillir une grande et une petite sacoche, toutes deux sûrement fixées. Il va de soi que leur présence ne gêne pas les équipiers. »

Prêt pour toutes les situations : il se pilote en solo et son cadre est divisible

« Un Pino, ça peut se piloter en solo ! Voilà qui rend bien des services. Lui peut filer chercher le vin qui manque pour accompagner les pâtes qu’elle est en train de préparer. À moins que ce soit le contraire. Dans tous les cas, au retour des emplettes, le déjeuner sur l’herbe est déjà servi ! »

« Pour les trajets que l’on n’a ni l’envie ni la possibilité de faire à vélo, le Pino, grâce à son cadre démontable, sait se faire tout petit. Pour trouver place dans une voiture. Ou sur un bus. Voire à bord d’un horrible petit coucou. Une fois arrivé, on le ré-assemble en un tour de main, le charge, et c’est reparti. »

Publié par

Hervé Moine

Professeur certifié de philosophie, enseignant au Lycée Polyvalent de Pointe Noire en Guadeloupe, depuis la rentrée 2007. Précédemment au Lycée des îles-sous-le-vent à Raiatea en Polynésie française et dans un certain nombre d'établissements de l'Académie de Nancy-Metz. Actuellement en disponibilité pour effectuer un tour autour du monde en tandem.

Laisser un commentaire